Une ressource qui permet aux orthophonistes d’offrir des services au plus grand nombre

Le métier d’agent de stimulation du langage est encore bien nébuleux pour plusieurs personnes, y compris pour les orthophonistes. Ce rôle est relativement nouveau. Toutefois, il est déjà bien encadré et plusieurs établissements post-secondaire offrent une formation reconnue par le MELS pour l’intervention en stimulation du langage.

En tant qu’orthophoniste, on aimerait souvent pouvoir réduire les listes d’attente et voir plus de clients, mais nos obligations administratives et le nombre d’heures limitées dans une journée fait souvent en sorte qu’on ne peut supporter autant de jeunes qu’on le voudrait.

C’est d’autant plus choquant quand on constate qu’il semble y avoir de plus en plus de demandes en matière de développement langagier.

Réduire les listes d’attente

Il est difficile pour une seule personne de tout faire, même si parfois, on aimerait bien prendre toutes les difficultés de nos cocos sur nos épaules. Cela n’est malheureusement pas possible. Conséquemment, on se sent forcément coupable lorsqu’on doit refuser un suivi à un client faute de disponibilités ou lui annoncer qu’il sera sur la liste d’attente pour une période indéterminée.

Je ne pense pas vous apprendre quoi que ce soit en vous disant que plus on intervient tôt dans le développement langagier de l’enfant, mieux c’est. Notre structure actuelle ne permet malheureusement pas toujours de le faire de façon optimale et certains enfants se retrouvent immanquablement à devoir attendre plusieurs mois avant de bénéficier d’un suivi en orthophonie.

Une des façons dont il est possible de réduire les listes d’attente passe par la collaboration. Par collaboration, j’entends ici le fait de travailler avec des agents multiplicateurs. Ces personnes peuvent appliquer nos recommandations d’orthophoniste dans le quotidien de l’enfant, et ce, de façon plus régulière.

Vous vous demandez peut-être comment un agent de stimulation du langage vous aidera à réduire votre liste d’attente. Cela est fort simple. Il arrive régulièrement qu’on n’accepte pas d’évaluaer un jeune, car on sait qu’on ne pourra lui offrir le suivi dont il aura besoin faute de disponibilités.

L’agent de stimulation du langage peut alors prendre la relève en intervenant de façon régulière selon vos recommandations. Il est important qu’il ait accès à un rapport d’évaluation récent et à un plan d’intervention à jour pour pouvoir appliquer vos recommandations.

Pour ma part, j’ai pu accepter davantage de suivis clients en sachant qu’ils allaient être suivis régulièrement par des agents de stimulation du langage avec qui je collabore régulièrement. Cela fait en sorte que je les vois un peu moins fréquemment, mais je sais qu’ils sont entre bonnes mains et surtout, je peux assurer mon rôle d’orthophoniste auprès d’un plus grand nombre de clients.

 

Si vous aussi vous avez une liste d’attente ou vous sentez mal de refuser un suivi parce que vous ne pourrez lui offrir toute votre attention faute de disponibilités, la collaboration avec des agents de stimulation du langage qualifiés et encadrés représente peut-être la solution à vos dilemmes. Avez-vous déjà collaboré avec des agents de stimulation du langage?