La démotivation scolaire : Quoi dire? Quoi faire?

étudiante qui pense
Pensive little girl touching her cheek and looking at camera
4.3 (85%) 4 vote[s]

Identifier la cause avec votre enfant.

Le parcours scolaire est, pour plusieurs étudiants, une étape difficile. Il se peut donc que votre enfant vive une démotivation scolaire à un certain temps. 

Afin de vaincre une démotivation scolaire , l’aide des parents est primordial. Cependant, c’est bien connu, les préadolescents et les adolescents ont parfois une barrière avec le parent. Il faudra donc que cette conversation initiale soit brève. Il ne faut pas qu’il s’agisse d’un interrogatoire, mais plutôt garder en tête l’objectif: mettre le doigt sur la cause de la démotivation scolaire. Est-ce que votre enfant a vécu un changement récemment qui pourrait être la cause de sa démotivation scolaire ? Si oui, est-il d’ordre social (amitiés fragilisées, changement de cercle d’amis peu réussi, amours déchus, sentiment de rejet), psychologique (difficultés à ressentir de la joie, à être emballé par quoi que ce soit) ou est-ce la charge de travail qui lui pose problème?

Selon sa réponse, il faudra s’adresser à un professionnel (psychologue, orthopédagogue, tuteur ou orthophoniste) . Malgré l’oreille que vous souhaitez tendre à votre enfant, il faut accepter qu’un appui extérieur soit parfois plus aidant. Essayez de trouver quelqu’un qui fera partie de votre équipe, celle de votre enfant et vous. 

Créer un changement positif

Afin de vaincre la démotivation scolaire de votre enfant, il est important de lui faire sentir que vous avez sa réussite scolaire à coeur et de mettre en oeuvre des moyens concrets pour le lui faire sentir. Le but est de créer un changement positif dans la vie de votre enfant et de lui montrer votre présence sans vous imposer. Il doit se sentir épaulé dans son cheminement. C’est un défi, de trouver sa place en tant que parent, j’en conviens. Sachez que, souvent, la démotivation scolaire est liée à la crainte de l’enfant d’échouer après avoir investi beaucoup d’efforts. Certains préfèrent faire du sabotage: rater les examens et projets parce qu’il en a décidé ainsi, et non parce qu’ils sont incapables de performer. C’est moins dur pour l’estime personnelle, vous l’aurez compris. Il faut toutefois lui faire comprendre que rien n’est joué, rien n’est final et qu’il peut se reprendre en main dès maintenant. Il ne devrait pas avoir peur de l’échec. Il doit comprendre que la persévérance est la formule gagnante dans la vie. Vous pouvez lui présenter des cas célèbres (comme Einstein qui n’était pas très doué à l’école) pour prouver vos dires.

Trouvez ensemble une image qui le motivera (ou même un collage!), imprimez-la et posez-la au mur. Il peut s’agir de n’importe quoi: la photo d’un pompier si c’est la profession de rêve de l’enfant, à côté d’un cliché d’un finissant tout sourire qui prend la pose avec son diplôme, avec une belle voiture… Vous voyez le genre! L’enfant doit comprendre que la toute première étape à ses rêves est de terminer son secondaire avec succès. 

Bénéficier de l’aide d’un tuteur

La venue d’un expert passionné par sa matière et par les jeunes peut illuminer la vie d’un élève en difficulté. Avec le système d’éducation actuel, il est presque impossible pour un apprenant d’avoir du temps privé avec son enseignant, qui fait énormément de gestion. La seule façon pour lui de clarifier ses incompréhensions est donc de lever la main, de les signaler devant tous les autres. Voilà pourquoi un moment privé avec un tuteur est pertinent.

Idéalement, le tuteur en question tiendrait compte des difficultés propres à votre enfant:

    • A-t-il plutôt des difficultés à comprendre les consignes? Le tuteur pourra alors prendre le temps de les décortiquer, mot à mot s’il le faut, afin que l’élève ne passe pas à côté de la tâche (ce qui peut être très décourageant pour lui). 
    • A-t-il des difficultés organisationnelles? Si c’est le cas, le tuteur pourrait aider l’enfant à tenir son agenda à jour et à réaliser les travaux lourds d’avance pour qu’ils soient réalisés à temps (selon les échéances). Respecter les délais aide un enfant démotivé à reprendre confiance. 
    • A-t-il des difficultés de lecture? En effet, il n’est pas rare que ce problème soit la cause de bien d’autres. Un enfant qui peine à discerner les informations importantes d’un texte aura de la difficulté en français, mais aussi en histoire, en sciences, en mathématiques… Il est crucial de demander à un pédagogue de lire des textes avec votre enfant et de l’arrêter continuellement afin de le questionner sur sa lecture. De quel type de texte s’agit-il ici (narratif, explicatif, argumentait…)? Qu’est-ce qu’on vient d’apprendre avec ce paragraphe?  Etc. 

Tout cela peut être réalisé d’une façon personnelle et individualisée. Un texte sur les jeux vidéos, ou sur le hockey, pourquoi pas? Un système de surligneurs au choix de l’enfant, des dictées avec des phrases de son film favori, une sortie au Salon du Livre en votre compagnie, les possibilités sont infinies.